Bien choisir une formation web

L'organisation du Salon de l'Etudiant Informatique, Numérique et Multimédia les 1er et 2 février 2014 à Paris donne l'occasion de s'interroger sur les formations au web proposées en France. La rubrique Formations dans l'internet en France recense toutes les grandes formations selon leur type, mais ne les commente pas. Le présent article propose des conseils et des avis, nécessairement subjectifs, sur l'offre de formation initiale et en alternance en France, en tentant d'apporter des réponses à cinq questions-clés.

formations

Faut-il s'orienter pour une formation publique ou privée ?

Pour une majorité d'étudiants, la question ne se pose pas. Très peu d'entre eux peuvent acquitter les quelque 6000 ou 7000 euros annuels de frais de scolarité des formations privées. Les formations web en BTS sont au contraire le plus souvent gratuites ou peu onéreuses, en fonction de l'établissement qui les dispense. Egalement accessible à toutes les bourses mais plus sélectif, l'IUT offre un enseignement équivalent qui permet en outre la poursuite des études, par exemple en licence professionnelle. Toutes ces formations courtes garantissent une entrée rapide sur le marché du travail.

L'Université propose également des formations spécialisées web au niveau du master, qui autorisent en théorie les diplômés à prétendre à des postes de cadres. Toutefois, les étudiants aspirant à des postes à responsabilités et qui ont la possibilité de financer leurs études bénéficieront probablement de davantage de débouchés avec une formation privée, qu'il s'agisse d'une école web, de création numérique, ou d'une école de commerce orientée web. L'Université en France reste une référence pour de nombreuses disciplines, par exemple dans les sciences humaines, mais elle souffre d'un déficit de compétences dans d'autres spécialités, et notamment dans celles liées au web.

A dire vrai, les formations au web privées ne sont pas non plus la panacée. La plupart souffrent des mêmes faiblesses que l'Université, mais à un niveau moindre. L'avantage qui nous inciterait à pencher pour ces dernières tient davantage dans l'environnement général qu'elles proposent, plus propice à une insertion dans le monde professionnel.

Est-il préférable de suivre une formation de licence dans une discipline donnée (économie, droit, informatique...) et de la complèter par une ou deux années de spécialisation web ou bien d'opter directement pour une école web après le bac ?

Réussir sur le web est avant tout une question d'état d'esprit. Les geeks constamment connectés sur les réseaux sociaux, utilisant les derniers outils et logiciels du web, se tenant au courant des nouveautés, assistant aux événéments et rencontres du web et ne planifiant pas plus loin qu'au lendemain auront de bonnes chances d'évoluer avec succès dans le web. En ce sens, une école web post-bac aide à acquérir les bons réflexes. En revanche, entamer une formation classique à l'Université ou en Ecole de commerce ou d'ingénieur pour ensuite la compléter par une année ou deux de spécialisation web en master nous semble un moins bon choix. Ce qui a été appris en premier cycle ne servira probablement pas directement à l'étudiant pour sa carrière dans le web et pourra même constituer un frein à son adaptation aux particularités du web.

Les meilleures formations sont-elles celles des grandes Ecoles les plus prestigieuses ?

Il n'est pas certain que la hiérarchie classique des écoles, sur laquelle il y aurait à redire, s'applique au web. Les grandes Ecoles à la française, qu'il s'agisse d'écoles d'ingénieur ou d'écoles de commerce, sont efficaces pour former des cadres supérieurs et des administrateurs, mais le web est radicalement différent des autres secteurs d'activité. Les grandes écoles ont l'inconvénient d'être très majoritairement composées d'enseignants-chercheurs dont l'activité principale est d'écrire des articles de recherchse, ce qui permet aux Ecoles d'obtenir de bons classements internationaux, mais apporte en général peu en termes d'enseignement. Quand aux praticiens du web intervenant dans les Grandes Ecoles, il s'agit le plus souvent de personnes formées dans le même moule et dont la vision du web est plus ou moins biaisée par leur appartenance à un milieu social et professionnel qui comporte ses propres règles.

Qui des écoles d'informatique ?

Les écoles d'informatique savent préparer les étudiants à la programmation, à la gestion de projets et à nombre de tâches informatiques. Ainsi personne ne doute que la très ambitieuse Ecole 42, inaugurée l'an passé et qui ne comprend ni professeur, ni cours, ni diplôme, formera des codeurs web de haut niveau qui seront rapidement embaûchés.

Toutefois, les écoles d'informatique sont focalisées sur les techniques, alors que dans le web, celles-ci deviennent rapidement obsolètes. Par ailleurs, des sites comme Freelancer.com permettent de trouver toutes sortes de prestataires à des prix inférieurs à ceux que l'on supporterait si l'on faisait réaliser les travaux en interne. Les entreprises ont davantage besoin de décideurs et de managers que d'exécutants, et ces profils sont plus souvent issus des écoles web ou des écoles de commerce que des écoles d'informatique.

Y a-t-il une école qui se détache à l'heure actuelle ?

Les écoles françaises préparant au web sont très récentes et aucune ne paraît posséder d'avance significative par rapport aux autres. Toutefois, même si c'était le cas, il ne serait pas judicieux de vouloir à tout prix rejoindre une formation en particulier car elle serait meilleure que les autres. Le choix de l'école n'est en réalité pas si important car les connaissances acquises ne ne servent que pendant très peu de temps. Le web comprend une multititude de métiers qui ont la particularité de changer en permanence et d'être très différents les uns des autres. Le but d'une école web est de plonger l'étudiant dans un environnement particulier et de l'aider à acquérir les bons réflexes professionnels pour y évoluer avec succès. Davantage que la meilleure école, l'étudiant devra s'orienter vers l'école qui conviendra le mieux à ses attentes, ses souhaits et sa personnalité.